Un citoyen du monde se doit de parler plusieurs langues – mais 1 expat sur 4 parle une autre langue

Shares

De plus en plus de personnes partent travailler à l’étranger, mais leurs compétences linguistiques sont-elles à la hauteur? – Un sondage réalisé par InterNations, un site d’expatriés, suggère que non: 1 personne sur 4 seulement parle couramment la langue locale.

Depuis l’annonce du Brexit, le nombre de personnes quittant le Royaume-Uni pour travailler ou étudier à l’étranger est en augmentation. C’est une tendance globale : de plus en plus de personnes choisissent de déménager, souvent dans des pays où elles doivent apprendre une nouvelle langue. On estime qu’un peu moins de 60 millions de personnes seraient désormais classées comme «expatriées»* et que leurs nombres augmenteraient chaque année.

Le choix d’une nouvelle vie à l’étranger suscite à la fois de l’engouement et des challenges. Pour beaucoup, l’apprentissage d’une langue est l’un des plus grands défis. Cet aspect est souvent primordial pour la réussite d’une expatriation. Se sentir vraiment chez soi à l’étranger, s’impliquer et être capable de parler la langue, voilà des éléments indispensables pour réussir son expatriation.

Les barrières linguistiques et les « cercles » d’expatriés.

Lorsque Theresa May a dit sa phrase tristement célèbre: « un citoyen du monde est un citoyen de nulle part », elle a été vivement critiquée par de nombreuses personnes, mais peut-être a-t-elle touché une corde sensible. Être un expatrié est une expérience déstabilisante par excellence et les cadres qui déménagent à l’étranger pour travailler sont particulièrement vulnérables au sentiment d’isolement. Souvent, ils ne disposent d’aucun réseau et d’aucun soutien lorsqu’ils arrivent dans un nouveau pays. 72% des personnes interrogées par InterNations enquête pour les membres ont déclaré qu’ils n’avaient pas d’amis ou de famille lorsqu’ils ont déménagé à l’étranger.

La barrière linguistique ne fait que renforcer cet isolement. Selon InterNations, seul un membre expatrié sur quatre parle couramment la langue locale et les barrières linguistiques ont été identifiées comme la principale raison pour laquelle les expatriés peuvent se sentir isolé.

Des «cercles d’expatriés» apparaissent souvent pour lutter contre cet isolement. Les expatriés se soutiennent et très souvent parlent dans leur langue maternelle plutôt que de relever le défi d’apprendre la langue du pays dans lequel ils se trouvent. Il s’agit d’une réaction très compréhensible face à des situations difficiles, mais elle peut entraîner des sentiments d’aliénation persistants. Un tiers des participants à l’enquête InterNations ont déclaré qu’ils n’avaient pour la plupart que des amis expatriés, tandis que seulement 19% ont déclaré que la majorité de leur groupe d’amis était constitué de personnes locales. Encore une fois, les problèmes de langue ont été identifiés comme l’une des principales raisons pour le manque d’intégration.

Apprendre une langue pour rassemble les gens

Etudier la langue du pays favorise la lutte contre l’isolement. En effet, cela permet d’échanger avec les locaux, de faire de nouvelles rencontres et de communiquer sur sa langue maternelle.

« De nombreuses amitiés et relations interculturelles ont commencé grâce à l’étude des langues, un atout majeur contre les préjugés et les ressentiments que ce soit du côté des expatriés ou des locaux. »

“Le vrai cadeau de parler une autre langue est de se lier d’amitié avec des personnes que vous n’auriez pas rencontrées autrement. Être capable de se faire de nouveaux amis d’origines linguistiques et culturelles différentes vous donne une nouvelle perspective et une meilleure compréhension du monde” – Michele Frolla de The Intrepid Guide

 

Il y a de plus en plus de réunions d’échange linguistique organisées dans les grandes villes – notamment par InterNations – où les locaux sont encouragées à participer et à tirer le meilleur des communautés d’expatriés.

Surmonter sa peur de parler une langue étrangère

Beaucoup de personnes pensent qu’il suffit simplement de vivre à l’étranger pour parler une nouvelle langue, mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut également avoir un environnement qui un environnement propice à cet apprentissage.

La peur de paraître stupide est souvent présente et les personnes travaillant dans une langue étrangère sans la maîtriser sont très exposées (souvent plus que les personnes qui ont suivi des cours du soir dans leur pays d’origine). La peur d’être mal compris ou de se sentir ridicule, empêche souvent les personnes d’interagir avec les gens du pays.

“Lorsque l’on ne maîtrise pas une langue, la peur de faire des erreurs nous empêche souvent de parler, peut-être beaucoup plus que ce que nous réalisons. Donc, nous devons reconnaître cette peur et la combattre activement.” – auteure, chanteuse et coach de motivation, Naomi Susan Isaacs

 

Trouver un espace serein pour pratiquer

En réalité la plupart des gens, surtout les débutants, ont besoin d’un lieu sûr pour s’exercer avant de parler en toute confiance dans la vie de tous les jours ou au travail.

Rosetta Stone offre ce service à de nombreux gens d’affaires vivant à l’étranger. Les cours de tutorat hebdomadaires permettent de converser avec des enseignants et des étudiants. Avec une grande gamme de créneaux horaires, les cours avec tuteur permettent de réviser les points importants lors des conversations, et d’améliorer la confiance en soi.

“Les séances de formation visent vraiment à acquérir la confiance nécessaire pour communiquer et utiliser vos connaissances linguistiques. S’immerger dans une langue, c’est discuter dès le début. Si vous ne connaissez pas le mot exact, vous utilisez ce que vous savez pour contourner le problème et faire passer le message. Il est préférable d’utiliser le peu que vous connaissez, que d’apprendre beaucoup et d’avoir trop peur de l’utiliser.” – Aliona Dameron, directrice du département de tutorat en ligne, Rosetta Stone.

L’objectif de Rosetta Stone est de vous faire parler correctement une langue. Avec notre outil de prononciation, vous pouvez vous exercer à prononcer un mot autant de fois que vous le souhaitez jusqu’à ce que votre accent soit parfait – personne ne se moquera!

“La singularité de Rosetta Stone est de pouvoir prononcer les mots et de vérifier qu’ils soient prononcés correctement. Cela m’a permis de prendre confiance en moi et de me concentrer sur les mots les plus compliqués et de développer mon vocabulaire. Je ne cesse de répéter le cours pour m’assurer que je ne bâcle pas ma prononciation.” – Un étudiant en Français de Rosetta Stone

*Chiffres et définition de l’enquêteInterNations survey

A propos de l'Auteur Simon Goodall

Laisser un commentaire: