Langues tonales : de quoi s’agit-il ?

Shares

Les langues tonales sont celles pour lesquelles le ton et la prononciation sont vecteurs de sens.

En d’autres termes, elles présentent un niveau de complexité supplémentaire, puisque la façon dont chaque mot est prononcé affecte le sens. Dans certaines langues tonales, le ton placé sur une seule syllabe peut totalement changer le sens du mot !

Intéressons-nous aux bases :

  • Qu’est-ce qu’un ton ?
  • Quelles langues tonales peut-on citer en exemples ?
  • Comment puis-je apprendre une langue tonale ?

Qu’est-ce qu’un ton ?

Vous pouvez voir un ton comme une hauteur appliquée à une certaine syllabe. Par exemple, le mot peut avoir un sens différent lorsque la syllabe est prononcée à une hauteur plus élevée (de façon plus aiguë) et lorsqu’elle est prononcée à une hauteur plus basse (plus grave).

Quelles langues tonales peut-on citer en exemples ?

Le mandarin

Plus de 1,1 milliard de personnes à travers le monde parlent le mandarin et il s’agit de l’un des exemples de langue tonale les plus connus.

En mandarin, le ton peut complètement modifier le sens d’un mot. Par exemple, les mots signifiant « cheval » (馬) et « mère » (媽) ont une sonorité similaire (deux variantes de la syllabe « ma »), mais leurs accentuations uniques produisent deux sens très différents. 

Le mandarin possède quatre tons principaux : un ton plat (píng), un ton ascendant (shàng), un ton qui descend, puis remonte (qù) et un ton final (rù). Ces tons sont « accentuels », c’est-à-dire que les syllabes accentuées d’un mot sont prononcées à intervalles réguliers. 

Pour découvrir un exemple de prononciation tonale du mandarin, regardez cette vidéo qui explique comment dire « Bonjour » :

Le pendjabi

Environ 117 millions de personnes parlent le pendjabi à travers le monde , essentiellement en Inde et au Pakistan.

Le pendjabi possède trois tons : un ton haut descendant, un ton bas montant et un ton plat, que l’on désigne également comme le ton neutre. Près de 75 % des mots du pendjabi utilisent le ton neutre, que l’on peut aussi décrire comme une absence de ton. 

Bien que le pendjabi soit une langue tonale, il ne s’appuie pas autant sur les tons que d’autres langues, comme le mandarin.

Le vietnamien

Le vietnamien est parlé par plus de 77 millions de personnes dans le monde, principalement au Vietnam. 

Le vietnamien comporte six tons, chacun d’entre eux pouvant modifier le sens d’un mot. Ces six tons correspondent à des variations de hauteur, de longueur, de ligne et d’intensité dans la manière de resserrer les cordes vocales. Ensemble, ces variations font du vietnamien une langue très mélodique.

Si le vietnamien est une langue tonale, il s’agit non pas d’une langue accentuelle, mais syllabique. Cela signifie que le temps nécessaire pour prononcer chacune des syllabes d’un mot est à peu près identique. À l’écrit, le vietnamien présente des signes diacritiques qui guident la prononciation, largement représentés par des symboles qui correspondent étroitement au son.

Et bien d’autres

Il existe de nombreuses autres langues tonales ! Les langues suivantes appartiennent également à cette catégorie :

  • Le cantonais
  • Le thaï
  • L’igbo
  • Le yoruba
  • Le zoulou 
  • Le navajo

Sur la planète, plus de 1,5 milliard de personnes parlent une langue tonale. 

Il existe aussi plusieurs langues avec accent de hauteur qui, à la différence des langues tonales, ne possèdent généralement que deux tons distincts (par exemple, un ton aigu et un ton grave). Les langues avec accent de hauteur comprennent :

  • Le japonais
  • Le suédois
  • Le norvégien
  • Le tagalog

Le français est-il une langue tonale ?

Le français n’est pas tonal. Cependant, si le français est votre langue maternelle, il a dû vous arriver de jouer avec les tons en posant une question : l’intonation montante à la fin de votre phrase indique que vous attendez une réponse. Pensez à la façon dont vous pouvez dire « On va au cinéma » ou bien « On va au cinéma ? ».

En français, le ton de la voix joue souvent un rôle dans l’expression des émotions qui se cachent derrière les mots. Le ton que vous utilisez peut servir à faire passer aussi bien une plainte qu’un sentiment de joie.

Néanmoins, il est important de rappeler que dans les langues tonales, les tons ne servent pas à exprimer des questions ou des émotions. Ils représentent une part essentielle de la communication de chaque mot en lui-même.

Comment puis-je apprendre une langue tonale ?

Lorsque vous apprenez une langue tonale, il est préférable de consacrer plus de temps à l’écoute de la prononciation des nouveaux mots. Il est également essentiel de s’exercer à prononcer chaque mot à haute voix, en reproduisant le mieux possible l’intonation spécifique. 

Il vous faudra essentiellement vous attacher à reproduire le son et la cadence de la langue à mesure que vous intégrez peu à peu du nouveau vocabulaire.

Rosetta Stone vous accompagnera dans cette démarche de façon intuitive. Dès votre tout premier cours, vous apprendrez de nouveaux mots par le biais de contenus audio faisant intervenir des locuteurs natifs. Par ailleurs, pour une expérience vraiment immersive, tout dans Rosetta Stone, des mots écrits aux images du monde réel, vous est présenté dans votre nouvelle langue.

Lorsque vous écouterez votre nouvelle langue, vous aurez la possibilité de vous exercer à prononcer chaque mot et chaque ton à haute voix. Ensuite, le moteur de reconnaissance vocale TruAccent de Rosetta Stone compare votre voix à celle de locuteurs natifs et réagit instantanément à votre prononciation. Tout au long de votre parcours d’apprentissage, vous avez ainsi la garantie que votre prononciation tonale est authentique et que vous vous exprimez clairement.

Prêt(e) à vous lancer dans l’apprentissage d’une langue tonale ? Rendez-vous sur www.rosettastone.fr

Tags : chinois (mandarin) apprendre le vietnamien apprentissage du chinois (mandarin) mandarin langues tonales vietnamien

A propos de l'Auteur ekirillov

Laisser un commentaire: