Être productif tout en douceur

Shares

Lorsque l’on dispose de temps supplémentaire, il est très tentant de se fixer des objectifs ambitieux. Cependant, si, après le confinement, vous ne parlez toujours pas couramment une nouvelle langue, vous n’étudiez pas pendant des heures ou vous n’avez pas écrit votre livre, il ne faut pas vous inquiéter. C’est normal. Nathalia Ramos, une actrice, blogueuse et étudiante chez Rosetta Stone, a écrit à ce sujet sur ses expériences pendant le confinement dans notre magazine américain. Comment en est-elle arrivée à se fixer moins d’objectifs et à développer une régulière dans son apprentissage grâce à l’art d’être productif tout en douceur pendant le confinement…

Le début du confinement : tellement d’options !

Au début du confinement, beaucoup de gens ont vu l’opportunité dans l’adversité ; une chance de faire toutes ces choses que nous avons toujours voulu faire, mais pour lesquelles nous n’avons tout simplement pas eu le temps. Apprendre une nouvelle langue, écrire un livre, apprendre la programmation, nous voulions tout faire !

J’ai commencé à passer en revue toutes les choses que j’ai toujours voulu faire, mais je n’ai jamais trouvé le temps de le faire.”

Quelques semaines de confinement : à quoi je pensais !

Au bout d’une semaine ou deux, nous avons commencé à réaliser que le fait d’être « seul à la maison » ou d’avoir des enfants à la maison n’était peut-être pas l’environnement le plus motivant ou le moment le plus facile pour donner le meilleur de nous-mêmes. Notre liste de choses à faire était encore là mais nous risquions d’abandonner. Nos attentes et notre attitude commençaient à changer.  

“Je ne sais pas comment je pensais pouvoir apprendre trois nouvelles langues, devenir codeur, créer un club de lecture et continuer à répondre aux exigences de mon travail avant le COVID.”

Maintenant : Accepter que le confinement est un ralentissement

Enfin, plutôt que de désespérer, nous commençons à nous fixer des objectifs plus réalistes et à nous rendre compte que notre capacité de production n’a pas tant changé que ça, simplement parce que nous sommes chez nous. En limitant nos attentes, nous commençons à adopter une attitude plus détendue pour progresser sans essayer d’accélérer toutes nos grandes ambitions d’un seul coup.

“Je savais que ce niveau d’intensité était insoutenable, alors j’ai commencé à me réorienter vers ce que j’appelle maintenant être doucement productive. Pour moi, cela signifiait trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, relâcher ma tendance à remplir chaque moment de mon calendrier et, laisser du temps pour la spontanéité et les heureux hasards qui surviennent naturellement quand nous sommes en déplacement et que nous vivons notre vie. Grâce à quelques changements simples, j’ai constaté que je suis plus présente, plus heureuse et, ironiquement, non moins « productive ».

Comme beaucoup d’entre nous, Nathalia a réalisé qu’essayer d’être extrêmement productif quand on est coincé à la maison ne soit pas seulement très difficile, c’est aussi passer à côté de la véritable opportunité du confinement de privilégier son bien-être et de ralentir.

Garder son calme et continuer à apprendre (seulement 15 minutes par jour)

Que vous soyez toujours à la maison ou non, commencer une nouvelle langue est un défi, et vous ne devez pas être trop exigeant envers vous-même. C’est pourquoi tout le matériel d’apprentissage de Rosetta Stone est composée de plusieurs cours qui peuvent être complétés en 10 à 15 minutes. Utilisez la fonction votre Plan  pour vous fixer des objectifs quotidiens et hebdomadaires réalistes.

Démarrer

A propos de l'Auteur Simon Goodall

Laisser un commentaire: